vendredi 9 mai 2014

Podcast, podcasting et autres raretés.

Depuis quelques temps déjà je suis étonné d'entendre à la radio, surtout sur France Culture d'ailleurs, ce mot bizarre que les médias nous imposent parmi tant d'autres : podcast, avec son dérivé podcasting. C'est un des mots les plus barbares qui soient, y compris dans la langue de Shakespeare.

Il a été formé à partir de "i-pod" "baladeur" et de broadcast "émission". Notons d'abord qu'en perdant son "broad", "cast" ne veut plus rien dire du tout, ou veut dire n'importe quoi, ce qui revient au même. Quant à I-pod, c'est un mot absolument abscons sorti de l'imagination délirante de quelque génie de la publicité de la société d'informatique "Apple" désignant ces petits appareils qui permettent d'écouter de la musique partout où l'on se trouve, moyennant une batterie et des écouteurs en état de fonctionnement. Autrefois, on appelait ça un walkman mot assez crétin aussi et d'ailleurs complètement sorti de l'usage. On avait trouvé pour le remplacer un terme français, baladeur, qui valait ce qu'il valait. Walkman comme baladeur avaient tout de même un avantage, celui d'avoir un vague sens, et de ne pas renvoyer à une marque commerciale... i pod ne signifie rien, et appartient à la société Apple! Pod, veut dire "vaisseau" en anglais, on voit mal le rapport avec le baladeur en question... 

Un podcast, en français, ce serait donc une "émission destinée aux baladeurs (de chez "Apple"?)". Les autorités de la langue du Canada ont d'ailleurs inventé le mot "baladodiffusion": ils se fatiguent bien pour pas grand chose. Car en pratique, un "podcast" n'est ni plus ni moins qu'un fichier informatique qu'on peut télécharger sur le site de telle ou telle émission. Le mot n'a aucune utilité, et la chose qu'il désigne non plus : une fois téléchargé, le fichier-son peut être écouté sur n'importe quel support, et pas seulement sur un "i pod". Ah, j'oubliais, on peut "s'abonner au podcast" c'est à dire se faire envoyer l'émission sur le support de son choix. Si j'ai bien compris! car personne n'explique jamais rien, vous êtes toujours censé être au courant des dernières inventions et expressions farfelues dont les sociétés à but très lucratif font la promotion.

Que France Culture fasse elle-même cette promotion, en utilisant un mot d'origine anglaise atroce, et évoquant une marque commerciale, et de plus complètement inutile est tout de même surprenant.
Et qu'on n'aille pas me raconter que ce mot est entré dans l'usage, personne ne sait ce qu'il signifie!

Aucun commentaire: