lundi 17 décembre 2007

Domaine public? quel domaine public?

Le droit d’auteur enrichit une kyrielle de bureaucrates aussi amènes que des huissiers de justice dont le train de vie est une insulte à toutes les bohèmes.

En droit français, un morceau de musique enregistré, un «audiogramme » reste propriété de son interprète ou de ses « ayants-droits » durant 50 ans, quoi qu’il advienne. En clair, les morceaux de musique enregistrés après le 17 décembre 1950 sont soumis pour leur utilisation au paiement d’un droit dûment recueilli par la SACEM et reversé aux interprètes ou à leurs «ayants-droits». (Aux États-Unis, cette durée est de… 95 ans!)
On ne peut même pas parler de « droits d’auteur » il ne s’agit que d’interprètes ! Quand aux «ayants-droits», sans aucun mérite, ils perçoivent des royalties parce que Tonton a chanté Prosper Youpla boum voici quarante ans !

Les auteurs ? ils restent propriétaires de leurs œuvres jusqu’à leur mort évidemment… mais, tenez-vous bien, leurs ayant-droits restent propriétaires des droits SOIXANTE-DIX ANS après la mort de leur parent! Cela signifie que les héritiers de Charles Trenet (décédé en 2001) pourront vous demander des royalties si vous voulez enregistrer Y a d’la joie jusqu’en 2071 soit 135 ans après la création de la chanson en 1936!

Longtemps longtemps longtemps après que les poètes ont disparu,
leurs ayant-droits touch’t encore des royalties…

A Noël, une serpillière pour les filles, un marteau piqueur pour les garçons

A ce qu'on raconte, des féministes bien intentionnés font des opérations commandos contre les rayons des jouets, jugés sexistes. Un des slogans est paraît-il "princesse un jour, boniche toujours" Bon, c'est vrai que la serpillière, les hommes peuvent la passer, certains le font (moi-même, sans me vanter...) la plupart s'en déchargent sur leur malheureuse épouse. Pas si malheureuses au demeurant... Selon l'INSEE, les femmes ont en 2007 une espérance de vie supérieure de sept ans en moyenne à leurs conjoints.
Battues et exploitées à leur domicile, défavorisées et mal traitées sur leur lieu de travail, les femmes s'endurciraient-elles au point de devenir plus résistantes que nous?
Et pourtant, les ouvriers, eux, réagissent au contraire en vivant sept ans de moins que leur patron!
Et si les femmes avaient plus à perdre qu'à gagner, en cherchant la parité?

vendredi 14 décembre 2007

Et dimanche, tu travailles ou tu consommes?


En consultant un sondage IFOP du 7 déc. 2007 sur le travail du dimanche, on peut relever un détail surprenant. Sur le plan géographique, la France est découpée en cinq parties : Région Parisienne, Nord-Est, Nord-Ouest, Sud-Ouest et Sud-Est. Habitant en Auvergne, je me demande bien de quelle «région» je fais partie.

En tout cas, comme 44% des français je refuse absolument de travailler le dimanche. Et pourtant il m’est arrivé (très rarement) d’aller acheter du pain ou d’autres denrées le dimanche matin. Tous les commerces devraient être fermés ce jour-là. On ne devrait laisser travailler que les professions de santé et les transports, en tout cas seulement ce qui relève de la stricte nécessité.
L’autorisation d’ouverture le dimanche est un symptôme de la transformation d’une grande partie de la population en «consommateurs» dont l’unique but dans la vie est d’acheter (de «faire du shopping»). Dépenser son fric est l’horizon indépassable de beaucoup d’occidentaux… ceux qui en ont, en tout cas. Pour les autres, ils devront peut-être sacrifier leur dimanche pour gagner assez… Selon le sondage IFOP, 21% travaillent déjà le dimanche (tant que ça !) et 41% préféreraient plus d’argent à un week-end complet. Il faut dire qu’une partie de la population française a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts ! Et la politique du gouvernement actuel creuse les inégalités et aggrave les injustices.

mercredi 12 décembre 2007

carte scolaire et langue de bois

Une loi est promulguée pour augmenter le nombre de dérogations à la carte scolaire. Sur France Info ce matin, on se moque de Kadhafi et de son art de la langue de bois ; en France il peut encore perfectionner son art.

Bon alors, premier constat, « l’égalitarisme de façade » conduit « au final » à une inégalité devant la réussite scolaire. Refrain connu : quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage. On l’a vu, le médecin de droite est radical : vous avez mal aux jambes ? allez, on coupe. L’aspirine, c’est pas leur genre. Vous me direz, supprimer la carte scolaire ce n’est pas bien méchant… oui, mais en quoi cela va-t-il améliorer les résultats scolaires ?

Eh bien, mais, chacun pourra choisir le meilleur collège ! Au passage, notons qu’il s’agit toujours du collège ! il n’est jamais question de l’enseignement primaire ; s’il ne sert à rien, supprimons-le ! Les enfants commenceront directement en sixième.
Choisir le meilleur collège pour son enfant, voilà le credo. Au lieu d’une carte scolaire où chacun va dans le collège de son quartier on aura un jeu de chaises musicales où le collège le plus select voudra attirer les meilleurs élèves tandis que les collèges moins côtés accueilleront les élèves les plus en difficultés. Caricature ? Quoi qu’il en soit, on ne voit pas trop comment cela pourrait améliorer l’égalité devant la réussite scolaire. Évidemment, ce n’est pas le but d’une telle réforme !

Mais si! Il s’agit, une fois de plus, de réduire une injustice. Les enseignants ne respectent guère la carte scolaire. Ils connaissent les tuyaux pour la détourner. Quelle preuve on en a ? Eh bien, leurs enfants réussissent mieux que la moyenne ! Il suffit de détourner la carte scolaire pour réussir en classe! Désormais on n’aura plus d’excuse en cas d’échec. Mais qu’on se rassure, avec la suppression des droits de succession, il devient bien inutile de réussir sa scolarité. L’argent, on ne le gagnera plus, on l’héritera. Citons George Bush s'adressant à des étudiants : "A ceux qui réussissent leurs études, je dis : "bravo". Aux cancres, je dis "Tant pis : vous pourrez toujours devenir président des Etats-Unis"

D’autre part de la sorte les enseignants seront « mis en concurrence » (ça fait bien dans un discours «libéral »). En vérité, les enseignants ne sont pas attachés à leur établissements : ils peuvent en changer. Au collège, évidemment, le choix est limité mais en primaire (pour ceux qui s’en soucient) les écoles sont proches et les « équipes pédagogiques » peuvent varier du tout au tout d’une année sur l’autre. Autrement dit : vous envoyez votre chérubin à telle école parce qu’elle a eu de bons résultats l’année dernière, et zut, les enseignants ne sont plus les mêmes cette année.

On n’a pas eu droit au couplet écologique, après le « grenelle » de l’écologie si vanté. Pourtant, désormais les parents vont être amenés à effectuer davantage de trajets pour emmener leur trésor à l’établissement de leur choix, qui sera forcément plus éloigné de leur domicile. Or les trajets en voiture sont polluants et gourmands en pétrole, denrée coûteuse). Et comment feront ceux qui habitent les petites villes et qui n’ont qu’un seul collège dans un rayon de cinquante kilomètres ? Ah ! ça existe ? Ben eux, ils continueront à voter FN je suppose.

En bref, voilà une réforme établie essentiellement par souci d’équité et de justice, en clair, pour abolir une fois de plus les privilèges des fonctionnaires. Telle aura été la grande œuvre de ce gouvernement! Et, faut-il le préciser ! c’est bien là le principal problème de notre société…

mardi 4 décembre 2007

la fin du pétrole?

La demande de pétrole augmente de 2% par an, tandis que la production est stable depuis 2005, ce qui semblerait indiquer une incapacité des producteurs à augmenter le rythme d'exploitation. Le baril de pétrole est dernièrement monté à 100 dollars... Si le prix du pétrole devait continuer d'augmenter, ce serait à brève échéance la crise économique assurée.

Si la production n'augmente plus, c'est peut-être qu'on est arrivé au maximum de l'exploitation possible, le "pic d'Hubbert" qui est suivi de la "déplétion" c'est à dire de la baisse progressive du rendement jusqu'au zéro final... Voir les travaux de l'ASPO

Or la société capitaliste qui se croit "créatrice" est fondée sur l'extraction des richesses du sous-sol, principalement le pétrole. Sans pétrole, pas de transport routier, sans transport pas d'échanges, sans échanges, pas d'économie capitaliste.

Le capitalisme aurait-il fait place nette autour de lui pour mourir aussitôt de mort naturelle et nous laisser orphelins sans ressources?
En tout cas il est plus que temps de s'inquiéter des conséquences d'une pénurie de pétrole...

samedi 1 décembre 2007

Travailler (encore?) plus...

Nous les Français sommes de gros fainéants c'est bien connu! Ni les Américains, ni les Anglais, ni personne n'a une loi aussi saugrenue que celle sur les 35 heures...
C'est vrai, ils n'ont pas une telle loi... En Angleterre, aucune loi sur le temps de travail! Ca a le mérite d'être simple. Mais en pratique (et en moyenne) les Anglais travaillent moins que les français. Chez les Anglais, on effectue 32 heures effectives en moyenne pour l'ensemble des emplois contre 36,3 heures en france voir ici

Quand au "taux de chômage", tout n'est pas si simple... Au Royaume-Uni, une femme dont le mari travaille a certes le droit de chercher de l'emploi, mais qu'elle en trouve ou non, elle ne sera pas comptabilisée dans les chiffres du chômage! voir ici

Du coup, contrairement à ce que certains racontent, les français émigrent peu en Angleterre... on trouve là-bas 0,16 % de la population française contre 0,32 % de la population allemande par exemple.
voir

Quand M. Raffarin nous a sucré le lundi de pentecôte, nos médias bien intentionnés ont fait remarquer que les Allemands avaient moins de jours fériés que nous. Renseignement pris, en Allemagne, quand un jour férié tombe un dimanche, on ne travaille pas le lundi! Prenons aussi ce que nos "voisins" ont de bon...
Et visitons souvent le site Travail, chômage et société : c'est un bon antidote au bourrage de crâne ambiant.